Numérisation de l’administration

Une administration réduite

J’ai rassemblé sur cet article mes idées développées dans la page « l’utopie de la cité ».

L’utopie d’une cité où la numérisation est acceptée et voulue pour la simplification. Une cité où l’administration bureautique tendrait à diminuer par la création de sites internet dédiés à ses fonctions administratives, ce qui est en voie au niveau national. Il se dégage de ce point une nécessité de connexion à internet via des pôles communautaires et des lignes personnelles. (….) L’accès à des services est payant d’une manière générale. L’accès à l’orientation vers un service est gratuit.

Cette approche d’une administration réduite en terme de fonctionnaires et de locaux ne doit pas nous faire perdre de vue que les fonctions informatisées ont besoin d’un socle, d’un lieu d’hébergement. Cet hébergement est comme le reste soumis à des contraintes de sécurité et d’entretien. Cela a aussi un coût. La balance entre le coût humain avec son espace dédié et le coût informatique également avec son espace dédié est probablement équivalent. Le bénéfice informatique se trouve dans le temps d’accès aux services ainsi que la possibilité d’une plus grande coordination entre les communes et leurs concitoyens. Un programme écrit avec des variables d’identification peut être généralisé sur un territoire plus large et défini. Cela réduit le coût par tête d’habitant.

changement d’orientation du personnel

Cette optique libère du personnel, des locaux. Comment utiliser ce potentiel ? Pour le personnel, de nouveaux métiers feront leur apparition. Des métiers tournés vers le contrôle de l’informatique administrative et vers l’informatique commerciale. Des métiers de conseils privés, des métiers d’assistance à la communication, des métiers de développement personnel, de développement commerciaux liés à l’informatique, et d’autres métiers verront le jour. Où s’arrêtera la numérisation ? Nul ne peut le prédire. De toute façon là où l’obligation légale se fait, le citoyen suit par nécessité et obligation sinon c’est la marginalisation. Là encore des métiers viendront se créer pour limiter la marginalisation.

Nous étions partis de l’idée de la dématérialisation de l’administration et nous en créons une nouvelle sous forme de cellules orientées. Elles devraient être composées en partie par des élus, des employés privés et des particuliers bénévoles. La mise à jour de ces cellules se ferait au rythme des demandes de la population. Demandes majoritaires ou non. Une bonne invention a besoin de pionniers avant d’être le modèle de la généralité.

Laisser un commentaire