Le Tivoli de Sisteron : démolition ou requalification ?

Tivoli – Vieillissant

L’ancien collège appelé aujourd’hui plus simplement « Le Tivoli » place René Cassin

Sa construction fut destinée au collège de jeunes filles au XIXe siècle, puis vint la mixité. Sur d’anciens plans il y était déjà question d’un collège en 1607 (voir document de Martelange, 1607). Lors des travaux de réaménagement du site il faudra faire attention aux fondations qui pourraient nous révéler certains trésors et secrets.Quand le collège déménagea vers Les Plantiers – Beaulieu, le bâtiment fut investi par différents services municipaux et associations locales. Le vieillissement du bâtiment demande un entretien important, lourd financièrement pour la commune. On peut s’en convaincre facilement quand on y pénètre. C’est un grand bâtiment en forme de U qui possède ainsi trois ailes. La cour de cet ancien collège donne sur la montée de la Citadelle.

Vue de la montée de la Citadelle par Martelange en 1607. Le collège en construction se trouve à gauche des tours d’enceinte. (source : Gallica.bnf.fr)

Montée de la citadelle

Montée de la Citadelle (Martelange, 1607)

 

Vue 1 : [Collège de Sisteron, France : projet d’ensemble comprenant aussi l’église – plan du rez-de-chaussée] : [dessin, plan] / [Étienne Martellange, 1607] (Source : Gallica.bnf.fr

Vue 1 : [Collège de Sisteron, France : projet d’ensemble comprenant aussi l’église – plan du premier étage] : [dessin, plan] / [Étienne Martellange, 1607] (Source : Gallica.bnf.fr)

 Tivoli et Bruxelles

Je viens d’une ville qui a donné son nom à un acte de destruction : la bruxellisation.
Dans tous les dictionnaires il s’agit d’un terme utilisé par les urbanistes pour désigner les bouleversements urbanistiques d’une ville livrée aux promoteurs au détriment du cadre de vie de ses habitants.
Derrière ces mots se cache la destruction de bâtiments emblématiques d’époque comme les périodes d’art nouveau et d’art déco essentiellement, et une grande part d’hôtels de maître le long de grandes avenues bruxelloises.
Ces bâtiments abritaient des logements, des bureaux ou des maisons syndicales par exemple. Ce qui était intéressant dans ces bâtiments, outre l’intérieur réservé à ceux qui étaient autorisés à y pénétrer, c’était la façade, visible par tous et qui formait un cadre, ce fameux cadre de vie réunit dans un ensemble dont la mémoire de chacun encore vivant s’était imprégnée.Ce cadre est la scène du théâtre de nos vies. Drame, comédie, amour, essai, tout se déroule sur cette scène dont le décor est La Ville. Cette façade, décor de rue et de place, joue un rôle dans le collectif. Ainsi est né chez les architectes urbanistes l’idée de garder une façade et d’y « raser » l’intérieur pour y adapter les dernières mesures de sécurité et de technologies nécessaires à la destination du « nouveau bâtiment ».

La façade conservée et étançonnée en attente de la reconstruction de l’intérieur moderne du bâtiment (rue Haute Bruxelles)

 

L’intérieur du bâtiment a été entièrement détruit.

 

Tivoli – Projet ?

Seule la façade du bâtiment en front de la place serait conservée ainsi que les côtés de ce bâtiment principal. Serait éventuellement conservé le toit. L’intérieur serait entièrement rasé pour faire place à la modernité d’aujourd’hui. Le quatrième côté serait en verre sur sa face principale tournée vers la citadelle. Les deux extrémités seraient conservées pour des escaliers et ascenseurs.  Cet aménagement favoriserait une vue sur un théâtre de verdure en palier ou restanque. A l’emplacement des autres bâtiments et cours serait installée une place avec un jeu d’eau par exemple et peu d’aménagement pour favoriser l’idée d’espace et de transparence portée par la verrière du Tivoli. L’idée d’une scène de théâtre nue à aménager pour le spectacle suivant ou autre impression à promouvoir, faire place à l’assaut de la Citadelle. Ce palier d’encouragement vers la Citadelle ou de détente après la visite de celle-ci constituerait aussi la porte d’entrée vers la vieille ville haute.L’intérieur du bâtiment aurait une installation avec deux types de niveaux. Le rez-de-chaussée aurait un haut plafond pour aérer le lieu et donner la transition entre la façade traditionnel côté place et l’espace en élévation vers la citadelle. Les autres niveaux seraient d’une hauteur traditionnelle. Le dernier niveau, celui qui offrirait la plus belle vue serait aménagé partiellement en salon de thé.  Une autre partie serait réservée à la vue panoramique. Tous les niveaux disposeraient de sièges, bancs et autres moyens de s’asseoir face à la citadelle.  Le rez-de-chaussée pourrait servir de nouveau lieu d’exposition temporaire pour asseoir définitivement la ville dans l ‘art.

Façade avant du Tivoli (image Google Maps)

façade arrière du Tivoli

Tentative d’illustration de ce que pourrait être la façade arrière transparente du Tivoli

L’entretien de cette façade est à tenir compte dans l’évaluation du projet car la transparence est essentielle dans le sud et comme image de la ville.

Tivoli – Objectif du projet

L’étonnement qui fera s’inscrire ce lieu dans les guides touristiques est l’idée de transition d’époque et du théâtre de verdure avec son entrée magistrale par une façade qui ne dénaturera pas la place réaménagée en esplanade libérée des places de stationnement.
Il s’agit d’un projet possible pour la ville de Sisteron, réaliste en terme financier, et osé en terme d’image pour une ville connue de par sa situation géographique entre N75 et N85, clue de Sisteron, porte de la Provence et sa Citadelle. Ce projet ne demande aucun aménagement de voirie parce qu’un projet amenant des voitures vers ce lieu devrait passer par la seule rue de Provence. Elle même étant déjà étranglée au niveau de l’angle de la Tour de la poste et des finances publiques. Elle devrait alors s’adapter en éliminant des terrasses ou en supprimant toute possibilité de stationnement, même en double file et peut-être en modifiant totalement le carrefour de la montée du Thor. Un parking supplémentaire au bâtiment du Tivoli serait une aberration. Il est moins coûteux d’augmenter la capacité de stationnement près de la gare et d’indiquer sur les panneaux de signalisations des bâtiments à visiter le temps, la distance qui sépare le panneau du lieu à visiter. 10 minutes de marche depuis la gare jusqu’au Tivoli sont seulement nécessaires. 3 minutes depuis la mairie, 2 minutes depuis l’Alcazar, 4 à 5  minutes depuis l’avenue Alsace – Lorraine, 10 minutes depuis le plan d’eau.

Mon projet

Voici mon projet pour cette place et le Tivoli. Cette attraction jumelée avec la déambulation piétonnière serait d’un grand bénéfice pour les commerces avoisinants.

Laisser un commentaire